Jack London – Martin Eden

Martin Eden

« Le quidam ouvrit la porte avec une clé et entra, suivi d’un jeune gaillard qui retira sa casquette avec gaucherie. Celui-ci portait des vêtements grossiers, qui sentaient la mer, et le spacieux vestibule dans lequel il se trouvait n’était visiblement pas son élément. Ne sachant que faire de sa casquette, il allait la fourrer dans la poche de son paletot quand l’autre la lui prit. Ce fut un geste simple et naturel, que le jeune empoté apprécia. « Il comprend, se dit-il. Il me laissera pas tomber. »
Il marchait sur les talons de l’autre en roulant des épaules et en écartant inconsciemment les jambes, comme si le plancher, immobile, se fût soulevé et abaissé au gré des mouvements de la mer. Les vastes pièces semblaient trop étroites pour ses grandes enjambées et il craignait que ses larges épaules ne heurtassent les chambranles ou n’allassent faucher le bric-à-brac des consoles. Il louvoyait avec méfiance entre les divers objets et voyait se dresser des périls qui n’existaient que dans son esprit. Là où une demi-douzaine d’hommes eussent pu passer de front, entre un piano à queue et une table centrale jonchée de livres empilés, il se hasarda plein de terreur. Ses bras ballants pendaient lourdement à ses côtés. Il ne savait qu’en faire et lorsque, dans un instant d’épouvante, l’un d’eux faillit effleurer les livres sur la table, il fit un écart comme un cheval effarouché, évitant de justesse le tabouret du piano. En observant le pas tranquille de l’autre devant lui, il se rendit compte, pour la première fois, qu’il avait une façon de marcher différente de celle des autres hommes. Il eut soudain honte de sa démarche de rustaud. »

© Jack London, Martin Eden, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Francis Kerline, éditions Phébus libretto

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s