Jean-Claude Izzo – Total Khéops

Total Kheops

1
Où même pour perdre, il faut savoir se battre.

Je m’accroupis devant le cadavre de Pierre Ugolini. Ugo. Je venais d’arriver sur les lieux. Trop tard. Mes collègues avaient joué les cow-boys. Quand ils tiraient, ils tuaient. C’était aussi simple. Des adeptes du général Custer. Un bon Indien, c’est un Indien mort. Et à Marseille, des Indiens, il n’y avait que ça, ou presque.
Le dossier Ugolini avait atterri sur le mauvais bureau. Celui du commissaire Auch. En quelques années, son équipe s’est taillée une sale réputation, mais elle avait fait ses preuves. On savait fermer les yeux sur ses dérapages à l’occasion. La répression du grand banditisme est à Marseille une priorité. Le seconde, c’est le maintien de l’ordre dans les quartiers nord. Les banlieues de l’immigration. Les cités interdites. Ça, c’était mon job. Mais, moi, je n’avais pas droit aux bavures.
Ugo, c’était un vieux copain d’enfance. Comme Manu. Un ami. Même si Ugo et moi on ne s’était plus parlé depuis vingt ans. Manu, Ugo, je trouvais que ça cartonnait dur sur mon passé. J’avais voulu éviter ça. Mais je m’y étais mal pris.

© Jean-Claude Izzo, Total Khéops, éditions Gallimard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s