Raymond Depardon – Délits flagrants

© Raymond Depardon – Délits Flagrants

Réalisation : Raymond Depardon
Prise de vue: Raymond Depardon et Nathalie Crédou
Prise de son: Claudine Nougaret et Sophie Chiabaud
Mixage: Dominique Hennequin
Monteur: Camille Cotte, Roger Ikhlef et Georges-Henri Mauchant1
Production: Double D Copyright Films
Genre : documentaire
Durée : 105 minutes
Date de sortie en France : 14 octobre 1994

Pour d’autres documentaires de Raymond Depardon

Publicités

Jonathan Coe – Testament à l’anglaise

jonathan-coe-testament-a-langlaise

« Ce n’est pas parce qu’il a fait une école d’agriculture il y a vingt ans que George sait comment s’en sortir dans le monde moderne. Bon Dieu, il ne sait même pas ce qu’est un taux de conversion.
– Un taux de conversion ?
– Le rapport, explique patiemment Dorothy, comme à un ouvrier agricole à l’esprit obtus, entre la quantité de nourriture qu’on investit dans un animal et ce qu’on en retire en bout de chaîne, sous forme de viande. Vraiment, il suffit de lire quelques numéros de Farming express, et tout devient parfaitement clair. Vous avez entendu parler de Henry Saglio, j’imagine ?
– Un politicien, n’est-ce pas ?
– Henry Saglio est un éleveur de volaille américain qui a promis de grandes choses pour la ménagère britannique. Il a réussi à mettre au point un nouveau type de poulet qui atteint trois livres et demie en neuf semaines, avec un taux de conversion de la nourriture de 2,3. Il utilise les méthodes les plus modernes et les plus intensives », continue Dorothy avec animation, une animation que Mortimer n’a jamais vue briller ainsi dans ses yeux. « Pendant ce temps, ce triste crétin de George continue de laisser ses poulets picorer en plein air comme si c’étaient des bêtes d’agrément. Pour ne pas parler de ses veaux, qui dorment sur de la paille et sont libres de gambader encore plus que ses maudits chiens. Et il s’étonne de ne pas obtenir de la belle viande blanche !
– Mon Dieu, je ne sais pas…, fait Mortimer. Peut-être a-t-il d’autres choses en vue. D’autres priorités.
– D’autres priorités ?
– Eh bien, le… le bien-être des animaux. L’atmosphère de la ferme.
L’atmosphère ?
– Il y a parfois dans la vie autre chose que de faire du profit, Dorothy. »
Dorothy le regarda avec des yeux ronds. C’est peut-être sa fureur de s’entendre parler sur un ton la ramenant bien des années en arrière – le ton qu’un adulte adopte envers un enfant crédule – qui provoque l’insolence de sa réplique.
« Vous savez, papa disait toujours que tante Tabitha et vous étiez les farfelus de la famille. »

© Jonathan Coe, Testament à l’anglaise, traduit de l’anglais par Jean Pauvans, éditions Gallimard

Johnson Banks

The client, Beyond Social Services, is a Singapore-based NGO that helps juvenile delinquents turn their lives around.

In Singapore, youths-at-risk are often stigmatised, and seen as hopeless and having no future. To get more volunteers for its youth rehabilitation programmes, the idea was to show that a juvenile delinquent can become a useful member of society with everyone’s support.

To express the idea, exactly the same letters rearrange a negative past into a positive future. Each “rearrangement of lives” is visualised with dramatic 3D typography.

johnsonbanks_college_555

johnsonbanks_beyond_teen_555

johnson_banks_beyond_snatch_555

© Johnson Banks